Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

 

[TEMOIGNAGE CLIENT]

 

 

Solitaire Rond 10mm, sur or blanc

 

 

 

Un nouvel écrin pour ce solitaire

Ce magnifique solitaire, griffé de manière traditionnelle, était sur une monture classique.

La cliente souhaitait une monture plus moderne pour redonner du “peps” à son solitaire.

 

 

 

 

 

 

 

Retour de Fonte

 

 

Comme le diamant est très culassé et donc haut, nous avons décidé de l’installer dans une sorte de cage, ouverte sur 2 côtés pour laisser passer la lumière.

De plus il est serti grains le faisant ainsi briller de tous ses éclats.

 

 

 

 

 

Pour finir, l’anneau carré complête l’allure résolumment moderne de la bague et les deux petites tsavorites sur le côté apportent une touche de couleur pour cette bague lumineuse !

 

Bague Carré vue de dessus

 

Bague Carrée vue de côté

 

Bague Carrée vue de côté

 

 

 

Témoignage 

Avant de devenir cette bague moderne que j’adore mon brillant a connu une longue histoire qui remonte au début du XXe avant la guerre de 1914.

Ma mère me l’a offert pour mes 40 ans. Elle l’avait reçu elle aussi pour ses 40 ans, don de sa marraine qui le tenait elle-même de sa marraine, dame fortunée qui l’avait adoptée et en fit son héritière car elle n’avait pas d’enfants.

Cette noble dame l’avait au doigt dans le Train Bleu, roulant vers Nice, le jour où on lui vola sa cassette de bijoux qui avait été mise malencontreusement dans sa malle au service bagages. Ce fut son seul bijou qui échappa aux voleurs.

Quand ma mère le reçut dans les années 1960, le brillant était entouré de rubis sur or jaune. Elle le fit monter en solitaire, un style « intemporel ». Je l’ai porté à mon tour pendant des années jusqu’à ce que j’arrache une des griffes. L’usure avait fait son œuvre, je ne pouvais plus porter ma bague. J’hésitais à le confier à un bijoutier jusqu’à ma rencontre avec Jézabelle.

Cela se fit par hasard, au cours d’une vente à l’inauguration de la nouvelle église orthodoxe de Paris. Ce jour-là, j’eus un coup de foudre pour une bague en argent et péridot de sa collection que je m’offris.

Grâce à Internet, nous sommes restées en contact et à la fin de l’an passé, Jezabelle m’a envoyé une invitation pour une exposition d’artisans d’art à la Défense, près de chez moi . J’y suis allée. Elle a su me convaincre et j’ai pris la décision de lui faire confiance. Ensemble nous avons dessiné le modèle. C’est elle qui m’a persuadée de placer les « tsavorites » qui sont en fait des sortes de « grenats verts ». Ils illuminent le diamant d’une manière incomparable.

Aujourd’hui, je suis enchantée de la porter. Un seul souci : ma fille adoptive approche de ses 40 ans !

 

 

 

     

Partager